Colloque

Colloque: "Art contemporain et nouveaux médias"

Les 24 et 25 avril 2008 à Casablanca

Présentation:

« Art contemporain », « art actuel », « art technologique », « art en mouvement »… Diverses dénominations pour qualifier des expressions artistiques, dont les contours semblent brouillés et le territoire mal délimité.

D’après les partisans des ces expressions dites contemporaines, la notion « contemporain » s’applique à un art qui prétend toujours renouveler les formes traditionnelles de la création ». Selon cette thèse, «on identifie précisément l’art contemporain à son degré d’innovation, d’imprévu, d’inédit, à sa volonté de choquer ou de provoquer, sans préjuger pour autant qu’il soit reconnu et apprécié par tous » (Marc Jimenez).

Aux yeux des vétérans des arts traditionnels, l’art contemporain «manque de valeur esthétique ». Ils dénoncent en effet, ce qu’ils considèrent comme, «déficit du sens », de « nullité » (Jean Baudrillard).

Au Maroc, ouvrir un débat sur les enjeux de ces expressions contemporaines paraît prématuré, voire prétentieux. Comment oser parler de ces questions, alors que l’acquis dans ce domaine ne permet même pas d’en faire objet de débat? Pourtant, plusieurs problématiques s’imposent. Elles concernent notamment le statut de ces pratiques artistiques dans notre société, de la critique d’art et les critères d’appréciation esthétique dans le jugement des œuvres d’art contemporaines, ainsi que la mise en valeur du rôle des instances institutionnelles dans la consécration de ces expressions. Des expressions dont les conditions nous semblent réunies pour fleurir et s’émerger, surtout avec la propagation et l’utilisation en force, des procédés informatiques et des nouvelles technologies qui affectent tous les sphères de notre vie quotidienne.

En organisant ce colloque, on n’a aucunement l’intention de couvrir toutes les problématiques liées à un art en perpétuel mouvement, ni prétendre porter des réponses définitives à ces diverses questions. L’enjeu du débat est simplement, d’ouvrir des pistes de réflexion autour de ces questions, et de provoquer un débat fructueux entre les décideurs culturels, et autres intervenants (académiciens, critiques d’art…) et acteurs travaillant dans le champ artistique. Un prétexte disons pour interpeller autrement les enjeux du champ artistique au Maroc.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×